Muffins Vanille/Myrtilles

Hello tous,

Oui, oui, oui, encore des muffins ! -)
J’aime le format mini en pâtisserie, surtout depuis que je suis une alimentation cétogène, cela me permettais au début de mieux gérer mes macros, et de rester finalement raisonnable dans mes dégustations visualisant mieux les quantités.
Format aussi pratique pour mettre dans le cartable des kids sur les recettes qu’ils apprécient ou pour nous, à emmener partout, type pique-nique ou encas -)

Pour réaliser ces gourmandises il vous faudra :

  • 120g de mascarpone
  • 30g de Pure Via ( selon convenance, 30g ça passe nickel chez les kids mais vous pouvez baisser si c est que pour vous et que vous êtes céto adaptés, les débutants peuvent commencer à 30 et baisser au fur et à mesure )
  • 1 sachet de levure
  • 2 gousses de vanille ou 1 cuillère à café et demie de poudre de vanille
  • 3 oeufs
  • 160g de poudre d’amande
  • Quelques myrtilles

Après cela, il n’y a plus qu’à vous transformer en Ratatouille ( toujours sexy hein mes Ratatouilles ?!)

Sortir le mascarpone 10/15 minutes avant il sera alors plus facile à délayer.
Mélanger le mascarpone avec les oeufs et le Pure Via.
Ajouter la vanille et bien l’intégrer au mélange.
Ensuite la poudre d’amande et la levure et on touille, on touille !!

Trop dur nan ?
Franchement je vous gâte sur la simplicité = > Vous avez ZERO excuse genre  » j’ai pas le temps, je sais pas cuisiner, j’ai peur de rater » -)

Beurrez les moules à muffins pour toujours plus de gourmandise ( pensez à vos macros lipides lol ) et remplissez à moitié ces derniers de pâte, par dessus, quelques myrtilles et on balance au four pendant 25 minutes à 180 degrés en surveillant bien comme vous le faites d’habitude au vu de toutes vos réussites culinaires de mes recettes que je vois passer sur Instagram le plus souvent ! Vous êtes de vrais chefs ! -)

Bonne régalade !

COPYRIGHT 2020 © VI – KETOMUM

Il était une fois mon aventure cétogène

Hello vous,

Comme je vous l’avais annoncé avant les fêtes, me voilà à vous écrire quelques mois de ma vie, quelques mois qui auront eu l’effet d’une bombe, et qui auront eu le mérite de changer une vie, ma vie toute entière.

Je connaissais l’alimentation cétogène depuis quelques mois déjà, un collègue suivant ce mode de vie pour contrôler son diabète. Au passage il avait perdu 12 kilos et il en parlait beaucoup. C’est de là que tout est parti, sans savoir dans quoi je m’embarquais d’autant qu’à l’époque le gras était carrément l’ennemi numéro 1 !!

Le 2 Janvier 2019, je me lançais d’abord dans un pari avec lui de tenir une seule semaine sans glucides ou presque.
Pendant cette semaine, je ne vous le cache pas, avec très peu d’informations sur cette nouvelle alimentation, je n’ai guère mangé plus que des salades et du saucisson car je me suis alors rendue compte que les glucides : ils sont PARTOUT !
A la fin de la semaine, tout en ayant enfilé 2 raclettes, de la crème fraîche à gogo dans toutes mes préparations, j’avais 2,5 kilos en moins sur la balance … WTF ??
Il fallait que je creuse le sujet.

Le livre de EatFat2BeFit entre les mains je commençais alors mon exploration.
Jusque là survolé, je peux vous dire que je me suis alors délectée de chaque page :

  • Qu’est ce que l’alimentation cétogène ?
  • Qu’est ce qu’un macro ?
  • Que sont les lipides, les glucides et les protéines ?
  • Comment chacun agit sur le corps ?
  • Que se passe t’il dans son corps quand le carburant jusque là « glucides » est remplacé par le carburant « lipides » ?
  • Quels peuvent être les effets secondaires ?

Chaque information, chaque recette, chaque photo d’assiettes, tout a été analysé !
Et ce sera là mon premier point important !
En effet, je pense que appréhender au mieux les bases de cette alimentation, appréhender les réactions possibles de son corps, comprendre comment ce dernier va désormais fonctionner permet de mieux s’écouter surtout au début, de débusquer le moindre signe qui pourrait nous faire flancher, mais qui avec nos connaissances sera géré haut la main évitant ainsi tout découragement. Et cela a été mon cas.

Pour débuter, et perdre les premiers kilos, j’ai d’abord fait le choix de :

  • Ne me concentrer que sur la cible à abattre : les glucides
  • Ne pas directement attaquer par seulement 20g de glucides par jour

Pourquoi ?
J’ai calculé une journée « avant céto » type et je me suis rendue compte que je pouvais ingérer plus de 200g de glucides par jour, voir beaucoup plus lors de mes épisodes de bad ou de stress !! ( et ils étaient nombreux !! )
Je savais que passer direct de 200 à 20g je ne tiendrai jamais et que je passerai à coup sûr par la fameuse ketoflu ! ( ou grippe céto ) ou encore que je trouverai ça trop difficile me faisant flancher … sauf que je ne sais pas vous dire comment, ni pourquoi, mais je savais que cette fois je pouvais y arriver.

Le premier mois, j’ai donc traqué les glucides sur les étiquettes en premier lieu.
( record personnel de 3h30 pour faire des courses dans un supermarché ! )
J’avais décidé de limiter ces derniers à 50g par jour, et de ne me concentrer que sur cet objectif, de tenir un mois comme cela.
A côté de cela je continuais mes lectures, mes recherches de recettes rapides pour le soir, lisais beaucoup de recette de gourmandises céto, et de pain ! ( Cf mon article le céto VS le pain ).
J’ai commencé à doucement intégrer l’huile de coco dans mes cuissons, grignoter des amandes lorsque les petits creux se faisaient ressentir, virer tous les produits allégés de mon frigo les remplaçant par du gras, par du bon, et du goût !!

J’ai eu lors de la troisième semaine un jour compliqué. J’ai commencé à me sentir faible, tremblante, des sueurs, et une fatigue très intense à en avoir des vertiges. Je m’en souviens très bien, j’étais au bureau et impossible de me concentrer. Ce jour là je suis partie vers 14h30 du bureau tellement je n’en pouvais plus, je suis rentrée tout en passant par la boucherie ……. je me souviens avoir acheté du rôti de veau Orloff ( viande de veau de bacon et emmental ), je me souviens de la tête du boucher me demandant si je souhaitais qu’il le mette sous vide pour la conservation :  » non c est pour manger tout de suite » !
Je suis rentrée, et fébrile j’ai jeté ce gros morceau de rôti dans ma poêle telle une dame de Cro-Magnon, avec plein de beurre, et comment à 15h30 un vendredi après midi j’étais à table chez moi, seule, devenant une keto addict sans le savoir !
Je me suis couchée après, priant mon mari de gérer les enfants, me laissant ainsi du temps pour reprendre le contrôle.
J’ai dormi jusqu’au lendemain midi, je me suis réveillée avec une soif de dingue, j’ai bu, et encore bu tout en restant au calme. ( de l’eau bien entendu hein ? )
Dimanche matin c’était fini. je devenais une autre.
Cela fait très Thriller mon récit non ? Et pourtant je me suis rendue compte bien plus tard que ce fut le point le plus important pour mon corps. Mon cerveau me réclamait il du sucre en m’envoyant des signaux de fatigue, de faiblesse ? Je ne sais pas trop mais si je n’avais pas craqué là, alors parole de Virginie je ne craquerai pas plus en avant !

Fin du premier mois = total de moins 6,5 kilos sur la balance.

Me sentant une toute nouvelle énergie je débutais ainsi plus motivée que jamais mon second mois. Je devenais de plus en plus à l’aise avec les aliments et leurs macros toujours focalisée sur les glucides uniquement.
J’ai utilisé au départ lors de mes premières semaines, l’application MyFitnessPal.
En gros, le truc chiant c est de renseigner tous vos repas pris, mais l’avantage c est que vous pouvez calibrer les macros désirés, et ainsi, j’ai pu au fil des jours affiner mes journées  » glucidiques » jusqu’à rester sur plusieurs jours sous la barre des 50g de glucides sans problème, c’est alors que je décidais de passer à 30g par jour.

Il y a eu en plus de la perte de poids un fait important ce deuxième mois.

« Le positif ? »
Début du second mois, je me lève le matin, avec de moins en moins de douleurs liées à ma sclérose en plaques, douleurs pour lesquelles je prenais des anti douleurs quasi tous les jours pour pouvoir assumer mes journées stressantes et à rallonge de maman active.
J’en parle autour de moi comme pour me convaincre, je m’interroge, et pour vous dire je me méfie aussi ! Je me dis que la sclérose me guette et qu’elle va attaquer, que c’est vraiment trop étrange pour être vrai.
Comme pour me convaincre que je ne rêve pas, je décide d’accompagner une amie à la salle de sport, pour voir.
Après deux minutes de course sur tapis, je suis en position PLS mais juste parce que j’ai un point de côté, que je suis à bout de mon souffle, rouge comme une pivoine en fin de vie ….. MAIS zéro douleur de sclérose en plaques. Rien.
Je continue par de la musculation en concentrant tous mes efforts sur les jambes et notamment la jambe gauche .. et toujours RIEN !
Je suis rentrée … comment vous dire ? EUPHORIQUE !
J’ai alors stoppé de prendre mes cachets anti douleurs, ayant l’esprit plus clair, j’étais obligée de faire le lien avec mon alimentation mais sans savoir comment ni pourquoi ! Je prenais alors rendez vous avec mon neurologue le mois suivant pour avoir des réponses.

Fin du deuxième mois = total de moins 10 kilos sur la balance


Le troisième mois c’était parti !
Je décidais de baisser à 20g les glucides par jour, j’étais désormais rôdée et surtout EN PLEINE FORME.
Je dormais très bien la nuit n’ayant plus de douleurs, plus de remontées acides, plus de soucis digestifs, une énergie à toute épreuve.
J’ai commencé à me regarder dans le miroir et à me dire que si je le faisais, je le faisais avant tout pour moi, pour me sentir mieux, me sentir vivre.
Depuis très longtemps, c’est comme si je revenais dans mon propre corps tant détesté en tous points, et que je décidais de m’occuper de lui à nouveau.
J’ai pris énormément de recul au travail également, me suis recentrée sur moi avant les autres, j’étais désormais la priorité.

J’ai commencé à m’intéresser aux autres macros : protéines et lipides.
J’avais lu que consommées de façon excessive les protéines pouvaient être transformées par le corps en glucides, mais je n’ai jamais rien calculé par rapport à la taille et tous les calculs savants que l’on peut voir. Je gardais une cohérence, d’en manger mais pas sur deux repas de suite, avec un petit relâchement les jours de sport.
Pour les lipides, alors eux …. comment vous dire ? Je n’ai jamais rien calculé ! Que dalle !
Si la keto police lit cet article, ils vont certainement pleurer du sang, mais mon créneau c’était de me dire : j’en ai envie, j’en mange, j’en ai pas envie je me force pas et basta !
Je peux pas vous donner de « trucs » là dessus, car je n’en ai pas.

Là aussi la keto police cachez vous les yeux car certains vous diront, tss tss tss surtout pas de pain, ni de gourmandises et desserts céto tous les jours …et bien je mangeais du pain céto souvent le matin, le soir parfois et les trois premiers mois je ne cessais de cuisiner des gourmandises : gâteaux, muffins, fat bomb … pour les manger au goûter, ou le soir devant la TV avec une tisane … le printemps arrivant, et la satiété des lipides aidant, de moi même j’ai naturellement baissé ma consommation de ces gourmandises le soir notamment.

Seule la visite chez le neurologue a été le point noir de ce troisième mois.
Lorsque je l’ai vu, j’avais perdu 12 kilos, j’avais repris le sport, pour tout vous dire je me sentais déjà pas mal canon lol, et j’étais trop happy de partager cela avec lui mais …. douche froide !
Selon lui, il était normal que les douleurs diminuent ; le fait de ne pas manger de glucides est un anti-inflammatoire naturel ( pourquoi ne pas me l’avoir dit avant connard ? ), mais que le céto c’est je le cite : « du suicide et que si je ne redeviens pas raisonnable j’allais en mourir » …… j’étais en état de choc. Je me suis levée, lui ai dis que c’était un vieux con, et j’ai rompu avec lui. Je suis sortie en pleurant. Comment pouvait il me dire ça ? Il me suivait depuis 10 ans.
Comment pouvait il insinuer que ce soit  » du suicide » ?? Alors que depuis 10 ans je ne faisais que me battre, que j’avais déjà perdu et récupéré mes jambes, que je marchais avec une canne parfois cachée des yeux de mes enfants, que j’avais littéralement limé mes dents à force de les serrer si fort pour paraître normale alors que j’étais pleine de douleurs .. comment osait il me juger ?


Dans la foulée je suis allée voir mon médecin traitant. Cette femme est juste géniale ! Je lui ai tout expliqué, je lui ai mpontré le livre de EatFat2BeFit, elle m a dit qu’elle ne connaissait pas trop le céto mais qu’indéniablement cela me faisait plus de bien que de mal. De là, on a fait un deal elle et moi : tous les mois je ferai une prise de sang pour vérifier la cétose, et tous les taux standards indiquant une bonne santé, au moindre taux qui déconne je devais tout stopper sinon j’avais le go pour continuer …. Je ne lui dirai jamais assez merci de tout son soutien.

De là, c’était parti .. jusque ce 7 septembre 2019, ou j’ai passé la ligne d’arrivée de La Parisienne et ses 7 kilomètres dans Paris, où sur tout le trajet, délestée de 30 kilos je n’ai cessé de me repasser le film de tous ces mois dans ma tête, j’étais là, et envers et contre tout j’étais en train de réaliser mon exploit !

Oui 30 kilos en 8 mois !
LE SPORT, toujours deux fois par semaine, et j’ai commencé le run en extérieur aux beaux jours, c’était devenu un besoin. Besoin de dépenser toute cette énergie, sûrement aussi besoin de me prouver que je pouvais y arriver et que je maîtrisais désormais cette connasse de sclérose en plaques -)
En salle de sport, j’y suis allée deux fois par semaine en moyenne au mieux avec deux séances distinctes => cardio, abdos et haut du corps => cardio, abdos et bas du corps ( les abdos toujours présents … car je ne les ai pas encore trouvés en vrai lol )

Oui, 30 kilos en 8 mois !
AU RESTAURANT, il y a TOUJOURS moyen de commander une viande et un légume, TOUJOURS ! En lieu et place du dessert mon astuce est de commander du fromage à la place, avec salade verte ça passe et ça évite le dessert et les questions  » mais tu prends pas de desserts ? » car vous enchaînez avec juste un café ! -)
Seul mon tout premier resto a été une catastrophe, choisi par une amie, je connaissais bien pour y être souvent allée. Je pensais sincèrement que je trouverai de quoi me nourrir sans trop de dégâts et bien non !! Dès le jus vert détox aux légumes en guise d’apéro je me suis rendue compte que c’était bourré de sucre caché …. j’en ai eu la confirmation quand le lendemain je me suis levée avec des douleurs à ma jambe … plus jamais après ça, je me suis fait avoir quitte à choisir le restaurant moi même ou étudier les cartes avant !

Oui, 30 kilos en 8 mois !
INVITEE CHEZ DES AMIS, je ramenais des amandes, des noix, il y avait toujours du saucisson et hop comme s’en tirer sans paraître trop chiante.
Le dessert ? C est toujours moi qui le ramenais, je rajoutais dans mes recettes un peu de sucrant exceptionnellement, le moindre mal pour moi et c’est toujours passé nickel. D’ailleurs souvent je n’ai jamais précisé que c’était des desserts cétogène et personne ne m’a jamais rien demandé et d ailleurs personne ne m’a jamais dit non au moment de resservir ! -)
Pour les plats, les amis chez qui nous dînons assez souvent, sont au courant et prévoient toujours une part de légumes en plus .. même pour la raclette ils m’ont demandé avant par quoi remplacer les pommes de terres.
En parler souvent autour de soi permet de destresser sur le sujet et de banaliser la chose .. vous pourriez être végétariens, vegan, que cela ne choquerait pas vos amis alors dites leur simplement que vous ne mangez pas de féculent ! Point ! Vous risquez d’être surpris !

Oui, 30 kilos en 8 mois !
LE JEUNE INTERMITTENT, je l’ai uniquement pratiqué à partir du mois de Mai, soit 5 mois après le début de mon aventure. Je n’en ai jusque là jamais ressenti le besoin, cela ne bloquait pas ma perte de poids régulière. Alors peut être ai je perdu moins vite, je ne sais pas, ce n’était pas là mon sujet, j’étais en train de courir un marathon et non pas un sprint !
J’ai commencé quand je me suis heurtée à un palier, plus rien ne bougeait alors sur la balance ( OUI, je ne suis pas la patience même ! lol ) je me suis lancée une semaine en 16/8 jusqu’à ce que cela bouge à nouveau à la baisse -)
Puis régulièrement lorsque je faisais des écarts le lendemain je passais aussi en 16/8 pour éviter de perdre là mon état de cétose bêtement pour un Spritz en terrasse avec les copines !

Oui, 30 Kilos en 8 mois !
LES ECARTS … parfois des erreurs au début, mais vite corrigées, mais les écarts conscients il n y en a pas eu pendant les 5 premiers mois. Car question de caractère, si j’avais flanché je me connais, je me serais dit « tu le fais une fois, tu le fais deux et bam tu te laisses happer » !
Les écarts conscients sont arrivés après donc 5 mois .. oui encore une fois la keto police va me jeter la pierre, mais quand les beaux jours sont arrivés, j’ai apprécié chacun des verres en terrasse avec mes amis, j’ai apprécié ma gourmandise préférée au Portugal pendant mes vacances, j’ai profité de belles journées de mariage sans me prendre la tête sur les quotas de glucides, j’ai mangé une glace avec mes enfants …. tout en restant consciente dans mon alimentation, tout en sachant que le lendemain je rattraperai en passant en 16/8, deux jours de suite quand les écarts étaient plus conséquents ce qui au final a été rare.
Et cerise sur le gâteau, LA GROSSE SURPRISE, c’est que malgré quelques écarts ici et là, mes prises de sang indiquaient toujours une cétose -)

Voilà voilà .. chers tous, je pense avoir fait le tour de mes premiers mois et de mon aventure cétogène jusqu’à apprendre fin août, que j’abritais un clandestin, bien installé au chaud dans mon bidou, qui depuis grandit et arrivera au printemps pour la plus grande joie de toute notre famille -)
Je suis comme vous le savez depuis, passée en alimentation low carb. Je reprendrai le chemin du céto strict après mon accouchement sans aucune appréhension et aucun doute sur mes choix -)

J’aimerai finir ce texte en vous disant que seul vous avez la clé du succès.
Ne laissez jamais personne vous dire que vous n’y arriverez pas.
Combien de fois l’ai je entendu par le passé sur des précédents régimes ? Je n’ai même pas compté, mais une chose est sûre, c’est que ce genre de petites réflexions sont prononcés par des personnes toxiques quoiqu’il arrive. Faites une barrière autour de vous, protégez vous, blindez vous, et exit les détracteurs, les « je sais tout » et les charlatans en tout genre et Dieu sait que j’en ai rencontré plus d’un hélas .. les belles paroles ne sont pas pour vous, ne les laissez pas vous atteindre, cherchez en vous la force, votre force .. et rien ne vous arrêtera !

Hormis le livre de EatFat2BeFit, qui me suit partout encore aujourd’hui, le keto creamer que je me procure par gourmandise, et le site de délices lowcarb où je pioche mes produits du quotidien à grignoter ou cuisiner, il n’y a rien eu d’autre comme aide ou compléments alimentaires.
Je suis contre les méthodes, les menus tout faits, les directives à suivre, les compléments alimentaires, car personnellement l’alimentation cétogène n’est pas un régime pour « juste perdre du poids », c’est une alimentation que l’on adopte toute sa vie tellement les bienfaits sont autrement bien plus grands que les kilos sur la balance.
Beaucoup usent et abusent de leur soi disant expérience pour vous vendre tout et n’importe quoi, mais si on creuse un peu …. enfin bref, la coquille vide n’est jamais bien loin ou « très légèrement » erronée.


Simplement pour vous dire et je finirai par cela , que je vous livre au travers de ces lignes, juste mon expérience, et si je vous ai influé un peu de force, un peu de curiosité, un peu de bienveillance, un peu de courage, et bien j’ai là tout gagné -)

Virginie alias Vi-Ketomum

PS : Merci à vous … MERCI aussi à tous ceux qui m’ont soutenue tout au long de mon aventure via les réseaux, mes amis, ma famille. Je pense à mes parents, mon mari, mes enfants, Perrine, Elodie, Orfilia, Stéphanie, Fanny, Polina, Marie, Aldo, Laurence, et tous les autres que je ne peux pas citer tellement la liste est longue, vous avez tous été des petites pierres à la construction de la nouvelle moi …… et je serai heureuse de me remettre en selle à la livraison de ma troisième merveille afin de partager avec vous de nouveaux bouts de cette aventure ! -)

© COPYRIGHT 2020 – VI-KETOMUM

© COPYRIGHT 2020 VI – KETOMUM

Les Coquines

Bien le bonsoir,

Suis un peu en retard dans la publication promise des coquines publiées sur Instagram ce week-end mais je ne cesse de courir depuis début de semaine !

Comme je le disais sur mon feed Instagram, avant de passer à une alimentation cétogène je craquais complètement pour les Coquelines de Lu, parfois en un goûter clairement le paquet pouvait y passer ! Évidemment depuis 2019, plus jamais il ne m’est venu à l’idée ne serait ce que regarder le paquet en rayon !! Mais il n’y a pas longtemps, par curiosité je suis quand même allée regarder les glucides et globalement la composition de ces petits gâteaux si populaires !

Sans surprise, ils sont pleins de sucres, mais ce qui m’a encore plus frappée ce sont les additifs au nombre de 7 quand même !! Dingue ! En rentrant j’ai vérifié dans mon petit guide des additifs et j’ai été scotchée de lire les méfaits de certains !

Bon bref, tout cela pour vous situer de comment je me suis retrouvée dans ma cuisine un dimanche matin à me dire « j’ai envie de ces petits gâteaux quand même ! » J’ai donc ouvert mes placards et mis devant moi :

– 100g de beurre

– 2 œufs

– 15g de pure via

– 1 sachet de levure

– 200g de poudre d’amande

-10cl de lait d’amande

– le jus d’un demi citron

– 2 cuillères à café d’extrait de vanille ou de fleur d’oranger ( perso je préfère fleur d’oranger ! )

Allez GO ensuite c’était parti, armée de mon saladier, d’une casserole et de mon fouet ! ( et mon plus beau sourire : toujours ! )

Dans une casserole faites fondre le beurre sans le faire trop brunir et réserver. ( Surtout ne pas le verser chaud dans votre mélange sinon cata en vue sur les œufs ) Dans un saladier, vous fouetterez bien les œufs, la pure via, l’extrait vanille ou autre et le jus du demi citron. Vous rajouterez à ce mélange votre beurre fondu et mélangerez bien. Ensuite on rajoute la levure, la poudre d’amande et nouveau touillage énergique avant d’enfin rajouter en dernier le lait d’amande !

Vous mélangerez bien avec délicatesse le tout, la pâte se travaille très très bien, pas du tout collante. Vous déposerez ensuite dans un moule à madeleines beurré un fond de pâte d’abord, par dessus mettez votre pichenette de pâte à tartiner ou confiture low carb sur lequel vous remettrez un peu de pâte pour fermer le tout. Attention à ne pas trop en mettre, vous vous doutez bien qu’au four avec la levure ça va gonfler -) Je ne pourrai être tenue comme responsable en cas de débordement : vous êtes prévenus -)

HOP au four 180 degrés pendant 18 à 20 minutes selon le four.

Vous obtiendrez alors des coquines avec dégustation à volonté sans culpabilité ! -)

ASTUCE DE MAMAN : je sais que des mamans suivent ce blog sans forcément être en alimentation cétogène mais car elles se soucient de faire manger moins de sucre à leurs enfants. Pour les premiers essais, la pâte à gâteau en tant que telle n’étant pas du tout sucrée, vous pouvez mettre du vrai nutella ou nutella maison allégé en sucre, de la vraie confiture ou de la compote de pommes mais attention de ne pas trop en mettre. Ça passera alors mieux au palais de vos petits gourmands ! Mes kids étant habitués au nutella low carb depuis des mois n’y ont pas vu de différence en terme de goût !

ASTUCE TOUT COURT : cela fonctionne en muffins aussi, mais ne mettez pas trop de pâte, faites les dans ce cas version mini pour ceux qui n’auraient pas de moule à madeleines !


COPYRIGHT 2020 ©️ VI – KETOMUM

Les Donuts de Vi

Bonsoir mes petits gourmands -)

Je suis encore à temps, j’avais en effet promis la publication de ma recette de donut ce jour ! Je ne vous ai pas oublié dans ma journée de folie.

Les donuts ne sont pas les pâtisseries que je préférais avant d’adopter une alimentation pauvre en glucides mais un de temps en temps ça passait bien. Les kids eux par contre, ils en raffolent et plus de sucre il y a, et plus ils sont comblés …. le chemin est encore long mais bon, s’ils en mangent 5 par an c’est beaucoup. C’est donc avant tout pour eux que je me suis lancée, il y a quelques semaines. Je suis partie d’une recette de donuts classique comme à chaque fois, et j’ai adapté en version low carb. Au départ je vous avoue il y avait bien plus d’ingrédients et la texture n’y était jamais, je n’arrivais pas à avoir « du moelleux » …c’est sans compter sur mon optimisme à toute épreuve ( en vrai mon côté têtue à deux balles hein ?! ) J’ai donc viré pas mal d’ingrédients et je me rends compte que c’est souvent avec  » du simply » qu’on a les meilleurs résultats -)

Bon assez papoté on y go !

Il vous faut donc :

– 75g de beurre fondu
– 2 cuillères à soupe de crème fraîche ( soyez pas radin ok ?)
– 50g d’erythritol ( Pure via )
– 4 oeufs
– 1 cuillère à café d’extrait de fleur d’oranger ( ou vanille selon votre humeur du jour mais je préfère fleur d’oranger je dis ça, je dis rien ! )
– 120g de poudre d’amande
– 10g de farine de coco
– 1 cuillère à café bombée de levure

Après avoir réuni tout ceci devant vous, on se pare de son plus beau sourire et on s’y met avec entrain et en musique ( c’est plus fun et bouger son popotin en cuisine ça fait rigoler !)

Mélangez le beurre fondu, la crème fraîche et l’erythritol.
Rajoutez y les oeufs et l’extrait de fleur d’oranger => Bien mélanger avec énergie que ce soit bien lisse avant de rajouter amande, coco et levure.

15 Min au four à 180 degrés mais bien surveiller surtout comme d’habitude car je n’entretiens pas de relation intime avec vos fours respectifs -)

Pour la garniture, à vous de choisir ! Nous on préfère sucré mais possible de les faire tremper dans du chocolat noir fondu, ou au lait, vous pouvez en trouver là => https://deliceslowcarb.com/

Pour une garniture plutôt sucrée, vu que le donut est pauvre en glucides, pour vos kids je vous conseille de mélanger un peu de « vrai sucre » et de cannelle ça passe nickel tout seul NIARK !
Pour vous, en cétogène ou low carb, vous remplacez le sucre par de l’érythritol et le tour est joué ! De préférence, pour la garniture sucrée, faites le quand ils sont encore tièdes, à contrario pour le chocolat attendez bien qu’ils aient refroidis !

Je n’ai plus qu’à vous souhaitez une bonne dégustation ! -)

Vi – KetoMum

© COPYRIGHT 2019 VI – KETOMUM

Bouchées salées Poireaux/Oignons

Encore moi -)

Tant que j’y suis, je rattrape le retard et publie la recette de mes bouchées salées qui font fureur aux apéros entre potes « non céto » d’ailleurs, car je suis la seule de mes amis à pratiquer cette alimentation.

Au départ, j’en avais juste marre des muffins tradi jambon/emmental, j’avais envie d’un goût qui change sans forcément rajouter des lardons ou du jambon, une envie de ne pas faire comme tout le monde je crois lol ! C’est sympa de se pointer aux apéros avec quelque chose qui change et puis l’air de rien pouvoir manger ni vu, ni connu, moi aussi car complètement céto sans me justifier non plus -) Pensez y donc ! -)

Alors munissez vous de :

  • 2 poireaux
  • 2 oignons jaunes
  • sel – poivre
  • 80g de poudre d’amande
  • 10g de farine de coco
  • 3 oeufs
  • 100g de fromage blanc ou 100g de crème fraîche ( les deux passent si vous n’aviez qu’un des deux dans votre frigo un jour de loose sans courses ! )

Une fois que vous avez toutes vos munitions devant vous, on attaque :

Munissez vous de lunettes de plongée si comme moi le poireau vous fait perdre 1 litre de larmes, car il va falloir l’émincer finement avec amour ( oui sinon ça marche pas ! ).
Faites revenir les oignons dans de l’huile d’olive à feu doux, pour qu’ils prennent une belle couleur. Rajoutez les poireaux, sel, poivre et laissez mijoter à feu tout doux.

Dans un bol à côté, mélangez la poudre d’amande, la farine de coco, 3 oeufs, et le fromage blanc ( ou crème ).

Incorporez la mixture poireaux/oignons dans votre bol et mélangez « délicatement » avec amour toujours, comme vous savez si bien le faire.

Personnellement je mets ensuite la préparation dans des moules à donuts remplis jusqu’en haut, mais cela fonctionne aussi dans un moule à muffins donc pas de stress.
( Sinon c est bientôt Noël, je dis ça, je dis rien ..  )

Au four, chaleur tournante, 180 degrés, entre 30 et 40 minutes selon votre four. Vériifez la cuisson, je ne le dis jamais assez, on a tous une relation particulière avec son four, vrai ou pas ? -)

Bon ben voilà, vous avez des petites bouchées salées céto qui changent, chaudes en mode lunch au bureau ou dîner de la flemme avec une petite salade, froides en apéro pour vous la péter chez les potes ! -)

Bonne régalade -)

muffins 2 poireaux oignons keto

muffins poireaux oignons keto

© COPYRIGHT 2019 VI – KETOMUM

Les Lemon Vi

Hello tous,

Vous l’aurez remarqué, je suis GRAVE à la bourre dans mes publications de recettes alors que vous mes les réclamez à corps et à cri ! -)) Bon sérieusement, pour ceux qui me suivent sur Instagram, il s’est passé tellement de choses ces dernières semaines que j’ai privilégié le repos !

Alors mes petits gourmands, aujourd’hui petite recette de muffins au citron, « Les Lemon Vi » ! J’adore de base les cakes au citron, mais depuis que je suis passée à une alimentation cétogène j’aime bien les versions mini de tout alors je suis partie sur des muffins, pour accompagner le tea time par exemple ( vous avez le droit de les déguster à toute heure en vrai ! )

Pour réaliser ces gourmandises, il vous faudra en plus de votre plus joli sourire :

  • 100g de crème fraîche ( pas de crème allegée hein ?! )
  • 30g de stévia ( après c’est au goût de chacun aussi )
  • 60g de beurre fondu
  • 4 oeufs
  • Le jus de 2 citrons
  • 1 cuillère à soupe de psyllium OU 1 dosette de Keto Creamer ( dispo chez It Works )
  • 130g de poudre d’amande
  • 20g de farine de coco
  • 1 sachet de levure
  • 1 pincée de sel

Voilà voilà, READY ? Alors on y GO pour la suite des festivités =>

Vous mélangerez la stévia avec le beurre fondu, avant d’y rajouter la crème fraîche. Jusque là, c’est pas sorcier -) Rajoutez le jus des 2 citrons, mélangez à nouveau avant de rajouter les oeufs UN PAR UN  .. j’insiste lourdement sur cette étape car dans le céto souvent si vous balancez tous les oeufs en même temps la texture de la pâte n’y est pas du tout, donc soyez mignons ok ? -)
Rajoutez le psyllium ( ou creamer, perso je préfère creamer ), la poudre d’amande, la levure et la pincée de sel.

Touillez, touillez et touillez encore avant de mettre cette mixture magique dans des moules à muffins beurrés au préalable pour plus de gourmandise -)
Hop au four à 180 degrés 25 à 30 minutes, chaleur tournante.

Surveillez bien l’étape du four, recette réalisée une autre fois chez une amie on était plus sur 35 minutes, donc n’hésitez pas à vérifier la cuisson avant de les sortir.

Personnellement je les aime tiède un peu, mais après c’est selon les goûts,vous n’avez plus qu’à déguster. Autre info, ils passent chez les kids sans soucis, même à 30g de Stévia.

Bonne régalade mes petits gourmands -)

Muffin citrons keto

© COPYRIGHT 2019 VI – KETOMUM

LES COCO VI

Hello tous,

Vi et le retour des vacances ! Yeah !

À peine rentrée, envie de gourmandises, envie de coco et de chocolat, alors me voici devant mon plan de travail dans ma cuisine chérie, en pyjama, munie de stylo, carnet et c était parti ( pour que vous puissiez bien visualiser ! )

On y va ?

Il vous faudra comme munitions :

– 150g de poudre d’amande

– 50g de coco râpée

– 2 cuillères à café de Pure Via ( pour les kids mettez en 3 la première fois et diminuez la prochaine il n’y verront que du feu ! Niark – Perso je n’en mets plus qu’une et ils sautent toujours dessus ! Niark bis )

– 2 œufs

– 2 cuillères à café d’extrait de vanille

– 1 demi sachet de levure

– 1 pincée de sel

– 2 cuillères à soupe d’huile de coco fondue

Pour le dessus des cookies => copeaux de chocolat noir, au lait ou même blanc tant qu ils sont réduits en sucres ( j ai déjà testé les trois, ma préférence va au chocolat noir 90% mais bon les kids ça bloque par contre)

Une fois toutes ces bonnes choses devant vous, que vous avez comme moi enfilé votre pyjama magique, ou un tablier pour les plus sérieux d’entre nous on s’y met sans chichi !

Hyper fastoche de dingue : vous balancez tout dans un saladier et entre chaque ingrédient vous mélangez bien. L’huile de coco à la fin finira de sublimer votre pâte et la rendra aussi facile à travailler que de la pâte à modeler !

Faire des petites boules avec vos doigts comme quand vous étiez petits, et mettre sur une plaque recouverte de papier cuisson. Étalez pour donner la forme avec vos petits doigts, attention ça va coller un peu, pas de panique c’est normal.

La pâte ne va pas s’étendre à la cuisson vous pouvez les garder les uns contre les autres sans soucis -)

Au four ensuite pendant 10 minutes à 180 degrés.

Quand vous sortirez vos petits coco vi du four, veillez bien à les laisser complètement refroidir avant d’y toucher au risque de les casser !….. avec l’odeur je vous assure que c’est la partie la plus difficile de la recette ! -)

Bonne régalade à tous !

©️ COYRIGHT 2019 VI – KETOMUM